Forum Marmhonie des religions

Forum Marmhonie des religions
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 David Bel Hassen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 14/04/2017

MessageSujet: David Bel Hassen   Dim 16 Avr - 15:13

80% des collabos de la Seconde Guerre mondiale venaient de la gauche
David Belhassen·dimanche 16 avril 2017
ARTICLE PUBLIÉ PAR JEAN-PATRICK GRUMBERG LE 12 AVRIL 2017
« Eh oui, ça fait mal, la vérité dérange »
Voilà comment la gauche française réécrit sa propre histoire.
Extraits choisis.
Mensonge de gauche n°1 :
Les collaborateurs pendant la seconde guerre mondiale étaient majoritairement à l’extrême droite. C’est tout l’inverse. La majorité des premiers résistants était issue de l’Action Française qui prônait le “nationalisme intégral” et était germanophobe.
Mensonge de gauche n°2 :
La gauche pacifiste, antiraciste et philosémite a majoritairement composé la Résistance. C’est tout l’inverse. Les pacifistes ont continué d’être pacifistes sous la botte des nazis. Plus précisément, le pacifisme fut le vecteur principal de la collaboration, et les pacifistes furent donc très nombreux à collaborer.
La gauche fut dominante dans la collaboration parce qu’elle fut dominante dans le pacifisme
Georges Suarez, qui fut l’ami de Joseph Kessel dans les années 20 et le biographe de Clémenceau et de Briand est un bel exemple de cette logique de gauche qui mène du pacifisme au nazisme. Par souci de réconciliation franco-allemande, il devint, sous Vichy, un pronazi effréné, et fut le premier journaliste à être jugé pour collaboration.
Que la gauche fut dominante dans la collaboration parce qu’elle fut dominante dans le pacifisme est une vérité très dérangeante, et les historiens soucieux d’inculper “toutes les droites”, soucieux de leur faire porter la responsabilité des erreurs, des trahisons et des crimes des années 1940-1944 ont tous un trou de mémoire sur ces quatre années noires.
Nos historiens – de gauche – chargeront Maurras (Action Française) de forfaits commis par des gens, qui, pour beaucoup, étaient des anti-maurrassiens endurcis. Ils s’acharneront sur La Roque (les Croix de Feu), qui vraiment n’y était pour rien, tandis qu’ils ignoreront ces pacifistes fascinés par l’Allemagne de Hitler.
Et François Mitterrand le sympatisant vichyssois ? Il ne fût d'ailleurs pas le seul collabo de gauche qui fit la navette gauche-collaboration :
· Drieu-La Rochelle était-il d’extrême droite avant-guerre ? Non. Il était de gauche.
· Jean Luchaire, Pierre de Brinon, Alphonse de Chateaubriand ? De gauche.
· Doriot, Déat ? De gauche.
· Cocteau, Aymé, Giono ? De gauche.
· Bergery ? Radical de gauche.
· Bertrand de Jouvenel ? De gauche.
· Simon Sabiani, Maurice-Ivan Sicard, Paul Perrin, André Grisoni, Paul Rives, Maurice Levillain, Barthélémy Montagnon, René Chateau, Claude Jamet : tous de gauche, tous collabos.
· Robert Jospin (le père de Lionel) pacifiste intégral, munichois, proche de Marcel Déat : De Gauche SFIO. D'ailleurs, 12 des 17 ministres SFIO de la fin de la III° République furent exclus du parti après-guerre pour avoir collaborer avec les nazis.
· Camille Chautemps, Georges Bonnet, Maurice Papon, René Bousquet : De gauche radicale.
· Robert Hersant : De gauche radicale.
· Charles Spinasse, Georges Monnet : De gauche.
· Alfred Baudrillart, Marc Augier, Jean Balestre, Camille Planche, Léon Emery, René Gérin : tous de gauche et tous collabos.
· Saint-Loup, Saint-Paulien (alias Maurice-Ivan Sicard), Roland Gaucher (ex- Roland Goguillot qui militait aux Etudiants révolutionnaires), François Brigneau (Emmanuel Allot, pacifiste de gauche) : tous des anciens de la gauche et de l’extrême gauche, et qui devinrent des ordures de la collaboration, puis militants nazillons.
· René Bousquet, secrétaire général de la police de Vichy, responsable de la déportation de 54.000 juifs français, l’ami de toujours de François Mitterrand : centre gauche républicain.
Ce court inventaire de la gauche de la honte demande bien entendu à être complété par le parcours de Georges Gustave Hollande, le père de "notre" président de la République, dont la biographie sur "Wikipédia" a été totalement réécrite, pour le blanchir !
Qui sera désormais étonné de rencontrer encore la gauche, aujourd’hui, dans le lit de l’islam ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/portal.php
yacoub
Admin
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 15/04/2017

MessageSujet: Re: David Bel Hassen   Mer 19 Avr - 10:21

Mélenchon est-il un national-socialiste ?

David Belhassen·lundi 17 avril 2017
Oui, si l’on en croit l'article de Ghislaine Ottenheimer, publié aujourd’hui sur le site MSN !
Cet article, le voici tel quel :
"Mais la plus grande inconnue, c’est Jean-Luc Mélenchon. C’est lui qui fait turbuler cette fin de campagne. Plus neuf points en trois semaines ! Cet ancien socialiste en rupture de ban (il a quitté le PS en 2005), a commencé par siphonner l’électorat du candidat désigné par le PS, Benoît Hamon, trop léger, trop inconsistant sur les sujets centraux, et maintenant il commence à mordre sur l’électorat d’Emmanuel Macron ! Selon une enquête d’Odoxa, 17%, oui, 17% des électeurs hésitent entre le candidat d’En marche et celui de la France insoumise !
Deux candidats radicalement opposés mais qui incarnent les deux faces du socialisme français qui n’a jamais réussi à résoudre ses contradictions. L’un est farouchement pro-européen, l’autre prétend renégocier les traités, et propose une adhésion à l’Alliance bolivarienne aux côtés de Cuba ou du Vénézuela.
L’un veut renforcer la politique de l’offre, l’autre croit aux vertus de l’économie dirigée et des nationalisations. L’un veut baisser la fiscalité du capital, l’autre promet une taxation à 90% pour tout revenu supérieur à 380.000 euros…
L’un est social libéral, l’autre social national. Et pourtant l’électorat socialiste, déboussolé, hésite ! Un ou deux points en faveur de l’un ou de l’autre peut faire basculer l’élection." (Fin de citation).
Oui, vous avez bien lu ! Cette journaliste gaucho-bobo avoue que Mélenchon est un "social-national" ! Y aurait-il une quelconque différence entre "social-national" et "national-social" ? Non ! C'est "Bonnet blanc" et "Blanc bonnet" !
Or National - social se dit en allemand Nationalsozialismus, l’idéologie du “Parti national-socialiste des travailleurs allemands” (NSDAP) qui fut fondé en 1920 et dont le chef était… Adolf Hitler ! Et c’est à partir du nom de ce parti qu’a été forgée l’abrévation ... NAZI !  
A bon entendeur, salut !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/portal.php
Admin
Admin
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 14/04/2017

MessageSujet: Re: David Bel Hassen   Mer 17 Mai - 10:41

Sacrifice d'Isaac ou d'Ismaël ? Qui est l’imposteur ?
David Belhassen·mardi 16 mai 2017
Les musulmans accusent les "juifs" d'avoir falsifié la "Torah de Moïse".
Ils affirment que la Torah parlait originellement du "Sacrifice d'Ismaël" et que ce sont les "juifs" qui l’ont modifiée et ont introduit le "Sacrifice d'Isaac" à la place du "Sacrifice d'Ismaël".
Mais que dit le Coran ? Sourate 37, versets 100 à 113 :
رَبِّ هَبْ لِي مِنَ الصَّالِحِينَ
Seigneur, apporte-moi un d'entre les vertueux
فَبَشَّرْنَاهُ بِغُلَامٍ حَلِيمٍ
Alors nous lui annonçâmes un garçon affable
فَلَمَّا بَلَغَ مَعَهُ السَّعْيَ قَالَ يَا بُنَيَّ إِنِّي أَرَى فِي الْمَنَامِ أَنِّي أَذْبَحُكَ فَانْظُرْ مَاذَا تَرَى قَالَ يَا أَبَتِ افْعَلْ مَا تُؤْمَرُ سَتَجِدُنِي إِنْ شَاءَ اللَّهُ مِنَ الصَّابِرِينَ
Et quand parvint avec lui l'heure, il dit : "Ô mon fils, je me vois en songe que je t'immole. Alors, observe ce que tu vois." Il dit : "Ô mon père, fais ce qui t'es ordonné : tu me trouveras, s'il plaît à Allah, parmi les endurants"
فَلَمَّا أَسْلَمَا وَتَلَّهُ لِلْجَبِينِ
Puis quand tous deux se furent soumis et qu'il l'étendit sur le dos
وَنَادَيْنَاهُ أَنْ يَا إِبْرَاهِيمُ
Et voilà que nous l'appelâmes "O Abraham!"
قَدْ صَدَّقْتَ الرُّؤْيَا إِنَّا كَذَلِكَ نَجْزِي الْمُحْسِنِينَ
En effet, tu as justifié la vision. Nous, c'est ainsi que nous récompensons les excellents
إِنَّ هَذَا لَهُوَ الْبَلَاءُ الْمُبِينُ
Certes cela fut pour lui l'épreuve évidente
وَفَدَيْنَاهُ بِذِبْحٍ عَظِيمٍ
Et nous le rédimâmes par un sacrifice immense
وَتَرَكْنَا عَلَيْهِ فِي الْآخِرِينَ
Et nous reportâmes de lui sur les autres
سَلَامٌ عَلَى إِبْرَاهِيمَ
"Paix sur Abraham"
كَذَلِكَ نَجْزِي الْمُحْسِنِينَ
Ainsi récompensons-nous les excellents
إِنَّهُ مِنْ عِبَادِنَا الْمُؤْمِنِينَ
Le voici de nos serviteurs les croyants
وَبَشَّرْنَاهُ بِإِسْحَاقَ نَبِيًّا مِنَ الصَّالِحِينَ
Et nous lui annonçâmes en Isaac un prophète d'entre les vertueux
وَبَارَكْنَا عَلَيْهِ وَعَلَى إِسْحَاقَ
Et nous donnèrent notre bénédiction sur lui et sur Isaac
Où est passé Ismaël ? S'il s'agissait d'Ismaël, dans ce récit évoquant l'épreuve faite à Abraham lorsqu'il lui fût ordonné de sacrifier son fils, pourquoi le nom d'Ismaël n'est-il pas mentionné ? Or, c'est justement le nom d'Isaac qui est mentionné - par deux fois ! – dans ces versets du Coran.
Mais alors sur quoi se fondent les musulmans lorsqu'ils prétendent qu'il est question du "sacrifice d'Ismaël" et non du "sacrifice d'Isaac" ?
Toute l'argumentation musulmane tourne autour du mot "unique", en alléguant que "Ismaël était l'aîné d'Abraham et que Isaac n'était pas encore né lorsque Dieu lui ordonna de sacrifier son fils "unique", c'est donc que ce fils "unique" était Ismaël !"
La tautologie de cette argumentation est typique de l'exégèse musulmane. Elle s'auto-justifie par le miroir difforme de sa propre exégèse !
Or, la Torah et le Coran disent exactement le contraire.
1. D'après la Bible, Isaac était déjà né lorsque Dieu ordonna à Abraham de sacrifier son fils "unique". Ismaël n'était donc pas "l'unique" de Abraham. "Unique" ne s'applique pas non plus à Ismaël.
2. Lorsque l'exégèse musulmane met en avant le terme "unique" concernant le fils d'Abraham destiné à être sacrifié, elle cite la Bible et non pas le Coran. Le Coran lui, ne parle pas de fils "unique" à ce sujet. C'est seulement la Bible qui nous le dit. Or dans ce même verset où la Bible dit "unique", elle mentionne Isaac comme "unique", et non pas Ismaël !
3. L'exégèse musulmane fait donc usage d'une partie du verset biblique (et non coranique !) pour rejeter une autre partie de ce verset. Pourquoi l'exégèse musulmane ne s'en tient pas au Coran – qui selon l'orthodoxie musulmane se suffit à lui-même - pour trancher s'il s'agit d'Isaac ou d'Ismaël ? Pourquoi ressent-elle le besoin de faire appel à la Torah pour étayer son exégèse, alors que la Torah la contredit et affirme que Isaac était bel et bien né lorsque fut faite à Abraham l'injonction divine de sacrifier son "fils unique" ?! D'autant plus que "unique" ne signifie pas "un", mais dans le contexte du récit, le "préféré", celui que Abraham "aimait".
4. Selon la Torah, lors du sacrifice d'Isaac, Ismaël avait au moins 25 ans, était déjà marié et avait lui-même des enfants ! C'était donc un adulte ! S'il s'était agi de "Ismaël le sacrifié", pourquoi le Coran applique-t-il au sacrifié la qualité de "garçon" et "d'adolescent" (en arabe : 'alam, emprunté à l'hébreu 'elem) ? C'est donc que le Coran fait allusion à Isaac qui n'avait que 12-13 ans !
5. Au moment de l'injonction divine faite à Abraham de sacrifier son fils "unique", Ismaël vivait en Egypte avec sa mère Hagar que Abraham avait déjà chassée et répudiée ! Seul Isaac vivait avec son père Abraham ! Et c'est aussi la raison pour laquelle la Bible appelle Isaac "l'unique" d'Abraham ! D'autant plus que cet "unique" enfant est aussi "l'unique" d'Abraham par Sarah !
6. Selon la Torah, la naissance d'Isaac par Sarah fut miraculeuse. Sarah était vieille et stérile, n'a jamais eu d'enfant et ne pouvait en avoir ! Alors que Hagar était jeune et rien ne lui empêchait d'avoir d'autres enfants après avoir été chassée et répudiée par Abraham !
7. Quelle "épreuve" est-elle la plus terrible ? Ordonner à Abraham de sacrifier Isaac son unique de Sarah en dépit de tout le miracle de la naissance de Isaac et de la soudaine fécondité de Sarah la stérile ? Ou lui ordonner de sacrifier Ismaël de Hagar avec laquelle Abraham aurait pu faire d'autres enfants ?
8. Le Coran lui-même évoque la lignée d'Isaac : Jacob et les tribus d'Israël, Moïse, Aharon, le Roi David, Salomon etc… à qui il attribue (à tous !) le titre de "prophète" (Voir par exemple Sourate 6, verset 84 : "et nous lui avons accordé Isaac et Jacob… David et Salomon et Job et Joseph et Moïse et Aharon et c'est ainsi que nous récompensons les excellents"). Par contre, le Coran ignore la lignée d'Ismaël. C'est donc que c'est le "sacrifice d'Isaac" qui a bel et bien déterminé et engendré la "lignée prophétique" !
9. La traduction en grecque de la Bible (appelée "la Septante") mentionne "le Sacrifice d'Isaac". Or cette traduction date du 3ème siècle avant J.-C. Quand donc les "juifs" auraient-ils "falsifié" la Torah en remplaçant le nom d'Ismaël par celui d'Isaac, selon l'allégation des musulmans ? Forcément avant cette date !
Acculée dans ses retranchements, l'exégèse musulmane ne trouve alors rien de mieux que de remettre en cause l'intégrité du texte biblique, en proférant une accusation générale que les "juifs ont intentionnellement falsifié les versets de la Torah". Mais cette pseudo "exégèse" musulmane ne nous explique pas ce que cette falsification de la Torah à une date si précoce, d'au moins mille ans avant les prémices du Coran et de l'islam, pouvait bien apporter aux juifs ?!
Cette "exégèse" musulmane occulte non seulement le fait que durant des millénaires les juifs ont toujours parlé du "Sacrifice d'Isaac", mais également que les chrétiens, 500 ans avant l’islam, se sont toujours référés au "Sacrifice d'Isaac" comme préfigurant celui de Jésus ! Si les juifs avaient falsifié le texte de la Torah, les chrétiens n'auraient pas manqué de le leur reprocher.
Or dans tout le "Nouveau Testament", il s'agit exclusivement du "Sacrifice d'Isaac" et jamais du "Sacrifice d'Ismaël" ! (Voir par exemple Heb, 17-19) : « Par la foi, Abraham, mis à l'épreuve, a offert Isaac, et c'est son fils unique qu'il offrait en sacrifice, lui qui était le dépositaire des promesses, lui à qui il avait été dit : C'est par Isaac que tu auras une postérité.»
Le "culot" incroyable de ces "innovateurs" musulmans, accusant les juifs et les chrétiens, d'avoir a posteriori falsifié la Torah et les Evangiles, est d'autant plus malsain et révoltant, que le Coran lui-même n'évoque nullement Ismaël dans tout le récit relatant "l'épreuve d'Abraham" ! Les juifs et les chrétiens auraient-ils alors également "falsifié le Coran" ???!!!
L'absurdité de telles allégations musulmanes se heurte en effet au contenu de son propre "Coran sacré", car celui-ci, se fondant sur la Torah et les Evangiles, affirme et confirme qu'il s'agit bien du "Sacrifice d'Isaac" !
Toute l'exégèse abracadabrante et manipulatrice de ces musulmans (pas tous ! Puisque les premiers théologiens musulmans comme Ibn Qutayba et Tabari, reconnaissaient qu'il s'agissait d'Isaac et non d'Ismaël !) pour remplacer Isaac par Ismaël, désavoue donc le Coran, le trahit, et s'oppose finalement à la logique et à la cohérence interne des textes qu'elle cite !
Qui sont alors les fraudeurs ? Et qui sont les imposteurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/portal.php
yacoub
Admin
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 15/04/2017

MessageSujet: Re: David Bel Hassen   Mer 14 Juin - 11:12

La femme de Loth dans le Coran

Le récit biblique sur Sodome et Gomorrhe est également relaté dans le Coran, nonobstant quelques modifications et variantes minimes. Mais ce qui nous intéresse ici est de savoir ce qu'il est advenu de la femme de Loth, d'après la Bible et d'après le Coran.
Selon le récit de la Torah (Genèse 19, 26), la femme de Loth fut punie pour avoir enfreint l'interdit divin : elle se retourna pour voir ce qu'il advint aux habitants de la ville de Sodome - coupables de "perversions", homosexuelles entre autres -, et sur lesquels se déversa la vindicte de Yahweh.
Elle fut alors instantanément pétrifiée en "statue de sel" ou "colonne de sel". Il est à noter qu'aux environ de Sodome – proche de la dite "Mer Morte" (en hébreu "Mer de Sel") -, on trouve des blocs salins aux formes étranges qui évoquent parfois des visages et des corps humains.
Dans le Coran, au verset 83 de la Sourate VII, on peut lire ceci :
فَأَنْجَيْنَاهُ وَأَهْلَهُ إِلَّا امْرَأَتَهُ كَانَتْ مِنَ الْغَابِرِينَ
En voici la traduction officielle - selon la version canonique appelée "Tafsir" - et reconnue par toutes les grandes sommités musulmanes et en particulier l'Université islamique El Azhar, du Caire :
"et nous l'avons sauvé lui et sa famille, hormis sa femme qui fut parmi les exterminés."
Cette traduction est une grave entorse au texte original biblique. Il y est écrit "parmi les exterminés" à la place de "devint une colonne de sel". Et ceci a laissé confus beaucoup de traducteurs du Coran en français. En particulier les islamistes dit "modérés" de l'obédience d'un Malek Chebel, Muhammad Hamidullah, Zeinab Abdelaziz ; ou des convertis à l'islam comme Abdallah Penot ; ou des arabisants comme Régis Blachère, Jean GrosJean, Jacques Berque etc...
Ils se sont tous efforcés d'édulcorer le "parmi les exterminés" et l'ont traduit par "parmi ceux qui étaient à l'arrière", afin de rapprocher leur traduction à l'original biblique, en insinuant que "à l'arrière" peut induire que la femme de Loth "se retourna" (comme il est dit dans le récit biblique).
Mais cette dernière expression édulcorante "arrière" qui adoucit l'acception rebutante du terme "les exterminés", est tout aussi peu fidèle au texte du Coran.
Sami Aldeeb lui, le traducteur du Coran d'après un ordre chronologique supputé, traduit par "à l'exception de sa femme qui était des abandonnés". Là encore, on voit un effort de rapprocher le Coran du récit biblique. Mais ce n'est toujours pas ce que dit la Bible.
Et il serait donc bon de savoir ce qu’il est vraiment écrit dans ce verset coranique, au mot à mot.
Pour cela, il nous faut faire une brève digression : Muhammad (ou son scribe qui rédigea le Coran) n'a jamais lu la Bible en entier, ni d'ailleurs tout le Pentateuque (la Torah de Moïse), et ni même le Livre de la Genèse duquel est tiré ce récit de la "femme de Loth". Tout ce qu'il savait était ce qu'un rabbin lui transmettait oralement. Et c'est à partir de cet enseignement oral des récits bibliques, parfois mal compris, que Muhammad (ou son scribe) mit à l'écrit les versets du Coran.
Que lui a donc transmit ce rabbin anonyme ? Il lui a simplement dit qu'en punition pour s'être retournée, la femme de Loth fut "ensevelie" sous le déluge de soufre qui s'est abattu sur les habitants de Sodome et Gomorrhe, et qu'elle fut "pétrifiée en une colonne de sel".
En hébreu, la racine "être enseveli" (qui est au passif) est 'APR (donc "recouvrir de poussière"). Or la lettre P n'existe pas en langue arabe. Elle est automatiquement remplacée et prononcée soit par un F, soit plus fréquemment par un B. La racine hébraïque 'APR est donc devenue 'ABR en arabe.
Et c'est exactement ce que le rédacteur du Coran a voulu dire : que la femme de Loth a été "parmi les ensevelis". Ce faisant, il a simplement fait usage d'un calque de la racine hébraïque 'APR. Et cela a donné : مِنَ الْغَابِرِينَ en arabe, et en lettres latines "min el 'abirin", donc "parmi les ensevelis".
Mais plus tard, une erreur dans la notation diacritique s'est glissée dans les manuscrits tardifs du Coran. Un point a été malencontreusement ajouté par un scribe musulman au-dessus de la consonne 'aïn, pour la transformer en ghaïn. Et depuis, 'abirin est désormais prononcé ghabirin par les arabophones musulmans, terme qui ne veut strictement plus rien dire dans le contexte de ce verset !
Cette erreur a soudain transformé un terme on ne peut plus simple, en un verset abscons et énigmatique. Or lorsqu'un musulman se trouve devant un verset qui lui est incompréhensible, il attribut son incompréhension non pas à son ignorance en matière de linguistique, ou à une possible bourde d'un scribe, mais à l'origine "divine" du Coran. Plus un verset du Coran lui est abscons et plus il le considère comme la preuve même qu’il vient d’Allah et de l’Ange Gabriel.
Et ce d’autant plus que les musulmans ne lisent jamais l’original biblique car cela leur est interdit ! En effet, l'islam interdit aux musulmans la lecture de la Bible – rédigée pourtant plus de 1500 ans avant le Coran !- et ce en dépit du fait que le Coran se réfère sans cesse à la Torah de Moïse. Plus grave ! L'islam accuse les juifs d'avoir "falsifié la Torah de Moïse", ce qui est le comble du ridicule puisqu'il est évident que le Coran a littéralement "plagié" les versets bibliques !
Il nous reste à présent à reconstituer la traduction littérale du verset coranique, à partir de l'original oral en langue hébraïque, et tel qu’il a été entendu par Muhammad : " et nous l'avons sauvé lui et sa tente hormis sa femme qui fut parmi les ensevelis"
(N.B : le mot "tente" - en arabe "ahl" - vient de l'hébreu "ohel", et signifie "toute la famille qui vit sous la tente").
Voilà donc comment un verset du Coran mal compris par les musulmans, redevient à peu près fidèle à son origine biblique, une fois réexpliqué par le biais de la langue hébraïque à laquelle le Coran a emprunté des centaines de mots et d'expressions.
N'est-il pas dommage que l'islam s'entête à ne pas reconnaître ce que le Coran doit à la langue hébraïque de la Bible ?

_________________


Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/portal.php
yacoub
Admin
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 15/04/2017

MessageSujet: Re: David Bel Hassen   Lun 19 Juin - 16:57

Allah et la compassion – David Belhassen

“Au nom d’Allah le clément, le compatissant”
En arabe :
بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ
Et sa transcription phonétique :
bism allah el rahman el rahim
Ce verset est connu comme étant la première ligne de la “Fatiha” (l’Ouverture) du Coran. Mais ces attributs d’Allah (“el rahman elrahim”), donc “le clément, le compatissant”, souvent traduit à tort par “le miséricordieux, le très miséricordieux”), sont scandés dans le Coran plus d’une centaine de fois, et en particulier à la fin de versets d’une violence inouïe.Tout d’abord, il faut savoir que la racine RHM des mots “rahman” et “rahim” vient d’une racine hébraïque biblique qui à l’origine signifie “matrice”. Dans la Bible, il y est sous-entendu que Yahweh compatit à ses créatures tout comme l’aurait fait une maman à l’égard de son bébé.
C’est pourquoi d’ailleurs André Shouraqui, dans sa traduction du Coran, a transcrit littéralement :“Au nom d’Allah le matriciant, le matriciel “.

Mais voici quelques exemples, parmi tant d’autres, qui prouvent ô combien Allah n’est point “matriciant et matriciel”, ni non plus “clément et compatissant”, ou “miséricordieux, très miséricordieux”.
Versets 36, 37, 38, 39, 40, de la sourate V en arabe avec leur traduction littérale en français, tels que les versets apparaissent dans le Coran, sans ponctuation et sans lettres capitales et majuscules :

إِنَّ الَّذِينَ كَفَرُوا لَوْ أَنَّ لَهُمْ مَا فِي الْأَرْضِ جَمِيعًا وَمِثْلَهُ مَعَهُ لِيَفْتَدُوا بِهِ مِنْ عَذَابِ يَوْمِ الْقِيَامَةِ مَا تُقُبِّلَ مِنْهُمْ وَلَهُمْ عَذَابٌ أَلِيمٌ
certes ceux qui mécroient si à eux ce qui est sur le pays ensemble et comme lui pour s’en racheter du châtiment du jour du relèvement vous ne l’accepterez pas d’eux et pour eux un châtiment violent
{37} يُرِيدُونَ أَنْ يَخْرُجُوا مِنَ النَّارِ وَمَا هُمْ بِخَارِجِينَ مِنْهَا وَلَهُمْ عَذَابٌ مُقِيمٌ
ils voudront sortir de la flamme et ils n’en sortiront pas et à eux un châtiment stable

{38} وَالسَّارِقُ وَالسَّارِقَةُ فَاقْطَعُوا أَيْدِيَهُمَا جَزَاءً بِمَا كَسَبَا نَكَالًا مِنَ اللَّهِ وَاللَّهُ عَزِيزٌ حَكِيمٌ
et le voleur et la voleuse tranchez-leur les mains en rétribution à ce qu’ils ont acquis en exemple pour allah et allah est puissant sage

{39} فَمَنْ تَابَ مِنْ بَعْدِ ظُلْمِهِ وَأَصْلَحَ فَإِنَّ اللَّهَ يَتُوبُ عَلَيْهِ إِنَّ اللَّهَ غَفُورٌ رَحِيمٌ
et quiconque se repent après son obscurantisme et y réussit alors certes allah revient à lui certes allah est pardonneur compatissant

{40} أَلَمْ تَعْلَمْ أَنَّ اللَّهَ لَهُ مُلْكُ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ يُعَذِّبُ مَنْ يَشَاءُ وَيَغْفِرُ لِمَنْ يَشَاءُ وَاللَّهُ عَلَى كُلِّ شَيْءٍ قَدِيرٌ
ne sais-tu pas que allah à lui le royaume des cieux et du pays il châtie qui il veut et pardonne à qui il veut et allah sur toute chose est fort

A la lecture de ces versets terrifiants, j’avais entrevu une lueur de compassion : Allah revient et pardonne au voleur et à la voleuse “qui se repent”, et surtout ne met pas à exécution la sentence de leur trancher la main après leur “repentance”.


Nenni ! En dépit de leur “repentance”, ils auront la main tranchée (et parfois même le pied) ! Toutes les “éminences” de la Shari’a s’accordent sur ce point.
Alors, en quoi Allah “revient”, “pardonne”, “compatit”, ou “est matriciel” envers le voleur et la voleuse qui se repent ?
Réponse des “éminences” de la Shari’a :
“Dans le monde futur après avoir été châtié dans le monde ici-bas”.
A part le fait que le “monde futur” ou “paradis” d’Allah, serait alors peuplé de manchots, d’estropiés, et de culs-de-jatte, ce châtiment contredit ce que dit la Torah de Moïse, et sur laquelle se fonde pourtant le Coran.
Car voici ce qu’enjoint la Torah :
Si un homme dérobe un bœuf ou un agneau, et qu’il l’égorge ou le vende, il restituera cinq bœufs pour le bœuf et quatre agneaux pour l’agneau. (Exode 22.1)
Et si ce qu’il a dérobé, bœuf, âne, ou agneau, se trouve encore en vie entre ses mains, il fera une restitution au double. (Exode, 22.4)
Selon la Torah de Moïse, il n’est donc nullement question d’amputer la main du voleur ou de la voleuse, mais uniquement de réparation pécuniaire relative au prix et à l’ampleur du vol !
Devant cette déviance et cette contradiction par rapport à la Torah, les “Eminences” de la Shari’a font alors appel aux Evangiles !
Ils prétendent que cette punition corporelle est héritée des Evangiles eux-mêmes qui ordonnent l’amputation de la main pour un vol. Et pour ce faire ils citent les Evangiles de Matthieu et de Marc :
(Matthieu, 5:30) : “Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier n’aille pas dans la géhenne.”

(Marc, 9:43-51) : “Si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la ; mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie, que d’avoir les deux mains et d’aller dans la géhenne, dans le feu qui ne s’éteint point. Si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le ; mieux vaut pour toi entrer boiteux dans la vie, que d’avoir les deux pieds et d’être jeté dans la géhenne, dans le feu qui ne s’éteint point. Et si ton oeil est pour toi une occasion de chute, arrache-le ; mieux vaut pour toi entrer dans le royaume de Dieu n’ayant qu’un oeil, que d’avoir deux yeux et d’être jeté dans la géhenne, où leur ver ne meurt point, et où le feu ne s’éteint point. Car tous par le feu seront salés. Le sel est bon ; mais si le sel devient sans sel, avec quoi l’assaisonnerez-vous ? Ayez du sel en vous-mêmes, et soyez en paix les uns avec les autres.”
Or, il est évident que ces versets des Évangiles n’ont pas de valeur juridique, mais éthique. Elles sont des paraboles sur ce qui est préférable : être handicapé dans la vie ici-bas, ou être pécheur devant Dieu. Et d’ailleurs, ces versets demandent au pécheur de se punir lui-même ! Et cela afin d’être le “sel de la terre” ! “Le sel de la terre” est une expression hébraïque biblique, et ne peut être interprété que de manière métaphorique !
Ces versets des Évangiles sont donc bien des allégories et non des ordonnances juridiques ou des sentences concrètes !
Ce qui n’est pas le cas dans le Coran qui définit la punition du voleur et de la voleuse comme “châtiment exemplaire”, et encore moins dans la Shari’a musulmane qui statut sur les modalités juridiques et applicables concrètement de cette mutilation !
Est-ce là la grande compassion “d’Allah le puissant” pour ses faibles créatures ?


_________________


Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/portal.php
Admin
Admin
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 14/04/2017

MessageSujet: Re: David Bel Hassen   Jeu 13 Juil - 16:50

David Belhassen
· 10 juillet, 16:44 ·

Macron 1er, le grand monarque de la connerie a dit : "On ne peut pas prétendre lutter efficacement contre le terrorisme si on n’a pas une action résolue contre le réchauffement climatique".

Il aurait du dire : "On ne peut pas prétendre lutter efficacement contre le réchauffement climatique si on n'a pas une action résolue contre le terrorisme".

Mais j'allais oublier que lorsqu'un jihadiste viole puis égorge au couteau une chrétienne, cela pollue moins que de foutre une bombe sur le crâne de ce jihadiste !
Finalement, Macron 1er a toujours raison ! Qu'est-ce qu'il est futé ce mec ! Il faut en effet que l'humanité revienne d'abord à la barbarie et à l'égorgement au couteau afin de dépolluer la planète. CQFD !


_________________

Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/portal.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: David Bel Hassen   

Revenir en haut Aller en bas
 
David Bel Hassen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» David [ECS]
» Medecines complémentaires->Vidéos David Servan-Schreiber
» Alexandra David-Néel: "J’ai vécu parmi les Dieux"
» L'Antéchrist sera ...selon David Wilkerson
» David, Jacques Louis Peintre Français

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Marmhonie des religions :: Votre 1ère catégorie :: Votre 1er forum-
Sauter vers: