Forum des religions

Forum des religions et des croyances
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Russie Texte Image bible Religions Jesus Jéhovah Preuves Religion Etude salem sami Babillard Paradis Témoins Film algérie dumouche Chanson Membres france Goliath humour ROYAUME arnaud Video
Derniers sujets
» Texte biblique du jour
Aujourd'hui à 3:42 par Pat

» Arnaud Dumouch l'hérétique
Aujourd'hui à 1:50 par Mgr Gaum

» Comment vous revetir de la personnalité nouvelle et ne plus l'enlever?
Aujourd'hui à 1:39 par Pat

» Le pape François est-il un hérétique?
Aujourd'hui à 1:17 par Pat

» Regarder en haut a droite ... avez vous des MESSAGES?
Aujourd'hui à 1:14 par Pat

» Un lien mort, une erreur technique ?
Aujourd'hui à 0:53 par undesdouze

» la watchtower les milliardaires
Aujourd'hui à 0:48 par Pat

» Mémorial du sacrifice de Jésus 2019
Aujourd'hui à 0:38 par Pat

» Je me présente ici
Aujourd'hui à 0:32 par Pat

Février 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728   
CalendrierCalendrier
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Pat
 
Saint Glinglin
 
Marmhonie
 
undesdouze
 
jendure
 
Pierre.B
 
JeanPierre
 
yacoub
 
salah’din
 
Mormon
 
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe

Partagez | 
 

 L'islam Allah PBSL

Aller en bas 
AuteurMessage
yacoub
Admin
yacoub

Messages : 314
Date d'inscription : 15/04/2017

MessageSujet: L'islam Allah PBSL   Jeu 1 Juin - 13:06

L'ISLAM ET LE STATUT DE LA FEMME.   Dans l'Arabie pré-islamique, les femmes arabes avait un statut très respectable dans la société. Elles étaient libre de se marier avec un mari de leur choix sans l'accord d'un tuteur, elles étaient libre de répudier leur maris, elles prenaient, également, part aux activités guerrières et pacifiques, d'après Le docteur Younus Shaikh, rationaliste Pakistanais et fondateur des « Lumières ». Dans le paganisme arabe, les déesses Al-Uzza ; Al-Lat à Taif ; Manat à Médine étaient très vénérées, que Hubaal ( Dieu-Lune) que Mahomet en a fait un Dieu unique. La société arabe pré-islamique était sans doute matriarcale.

Ces statuts élevés de la femme ont été mis à la baisse par Mahomet, qui a aussi transformer la société matrilinéaire en une société très patriarcale, et un enfer pour la femme.   **************************  

Les traditions islamiques rapportent que Mahomet a élevé le statut de la femme, en comparaison, qu’une tribu de la Mecque enterrait ses filles nouvelles-nées vivantes, les traces sont dans le Coran :   [Coran Les abeilles -59] : « Et lorsqu’on annonce à l’un d’eux la naissance d’une fille, son visage s’assombrit et une tristesse profonde, mais contenue l’envahit. Il se cache des gens, à cause du malheur qu’on lui a annoncé. Doit-il garder cette fille malgré la honte engendrée ou l’enfouir dans la terre ? Combien est mauvais leur jugement ! ».  

Le docteur Younus Shaikh, nous enseigne, que ce cas particulier ne représentait pas toute la société arabe, elle était uniquement cantonnée à une tribu arabe, qu'il qualifie de prédatrice, et il ajoute, que c'est pendant le hadj (pèlerinage) à la Mecque, que les pèlerins obligeait à cette tribu des épouses temporaires et ces filles étaient abandonnées après le pèlerinage.  

Mahomet n'avait pas interdit la coutume du mariage temporaire, mais avait interdit cette mise à mort des nouvelles-nées.   Hormis ce côté exécrable, toutes les femmes arabes étaient libres, elles ne portaient pas le niqab, le hijab, si ce n'est qu'un voile semi-transparent couvrant la moitié du visage, symbole de statut de marque de distinction sociale pour les femmes libres.  

Le cas le plus parlant de la femme libre préislamique est le cas Khadija : Juive arabisée, Fille de Khuwailed bin Assad bin Abdul Uza bin Qussay bin Kelab bin Murra et de Fatima bint Zaeda, commerçante noble et aisée qui engageait des hommes à son service en leur confiant des transactions dont ils bénéficiaient. Elle est la première épouse de Mahomet, elle avait alors 40 ans et lui 25 ans.  

Elle avait un statut respectable dans la société mécquoise, mais après la mort de cette femme richissime, Mahomet a pris le courage de changer d’attitude envers les femmes :   Il ordonna le « Nikah » qui réduisit le mariage à un simple contrat d’esclavage sexuel et social, sans portée humaine, en effet, l'époux n'a aucun engagement social et financier sur la femme.   Plus tard, la polygamie fut introduite, soit le verset coranique suivant :   [Coran 4 ] : « Si vous craignez d’être injustes pour les orphelins, épousez des femmes qui vous plaisent. Ayez-en deux, trois ou quatre mais, vous craignez d’être injustes, une seule ou bien des esclaves de peur d’être injustes ».   C’est ainsi que les femmes devinrent de simples objets sexuels et surtout des machines à procréer, à faire beaucoup d'enfants, pour augmenter le nombre des musulmans dans la communauté, dont le besoin était pressant pour conquérir le monde.   Par la suite, Mahomet commença par imposer à ces 9 femmes le voile islamique et ont vu leurs relations sociales restreintes, la raison évoqués : Leur maison étaient constamment remplie de visiteurs.

Pourtant, les esclaves sexuelles du prophètes ne connaissaient pas de telles restrictions que les 9 épouses. Voir le Hadith suivant suivi d'une révélation :   Selon Anas Ibn Mâlik a rapporté que 'Umar : « La seconde fois, quand j'ai dit au Prophète : + Tes épouses voient entrer chez toi aussi bien l'homme pieux que le pernicieux. Il serait plus convenable si tu leur ordonnais de se voiler, et de se soustraire à la vue des hommes ... + ». Dieu révéla : . [Coran 33  ] : « Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles ; elles en seront plus vite reconnues et éviteront d'être offensées ».   Le contexte de la révélation est la jalousie de Mahomet envers ses 9 épouses, en référence aux visiteurs, dont certains seraient des pernicieux, Allah vient à la rescousse et donne une sourate qui demande aux femmes de cacher leur visages et de rabattre le voile jusqu'à la poitrine.   Par contre, la sourate [Coran 33 ] ne concerne pas les esclaves sexuelles de Mahomet, qui elles, au contraire, étaient plus libres même dans leur façon de s’habiller.
Elles cachaient leur corps uniquement du nombril aux genoux. Leurs seins étaient visibles. Voir le Hadith suivant :   L’imam Malik (711-795) fondateur de l’une des quatre écoles du sunnisme, rapporta ce qui suit : « Un jour le deuxième Calife bien guidé Omar aperçut une captive qui était voilée, il s’approcha d’elle et lui intima l’ordre de se dévoiler, elle refusa, alors il la frappa à la tête à coups de bâton et lui déchira le voile en lui disant: le hijab, c’est pour les croyantes libres ».   Dans le souci de réserver la « pudeur des femmes », Mahomet va imposer des consignes particulières : Baisser le regard en public, cacher les seins et les bijoux etc … Lire :   [Coran 24 ] : « Les femmes doivent baisser leur regard face aux hommes, afin qu'elles ne les regardent pas dans les yeux ».   Mais plus le temps avançait, plus l'avenir des femmes s'assombrissait, l'Islam primitif fait augmenter l'exclusion des femmes.   100 ans plus tard sous l'application du Coran, pendant le règne du calife abbasside Haroun ur Rashid, les femmes étaient devenues de simples objets sexuels et des machines à procréer.

Des simples domestiques et des simples appendices sociaux de l'homme.   De plus, en tant qu'esclaves sexuelles, les femmes étaient librement achetées et vendues sur des marchés publics et prêtées, louées ou offertes en cadeaux à des amis. Le prophète lui-même s'était accordé ses mêmes favoris à ses esclaves sexuelles. Il n'y avait pas de limite au nombre d'esclaves qu'un homme pouvait posséder ; par exemple :   - L'un des compagnons du prophète nommé Hazrat Zubair Ibn ul Arvan avait 1000 femmes esclaves sexuelles.

- Le Grand calife Haroun El R achid de Bagdad posséda plus de 2000 femmes esclaves sexuelles - Le calife abbasside El Mutwakkal avait 4000) esclaves sexuelles dans son harem … - Et chaque mollah, officier ou soldat de l'état islamique avait plusieurs hommes esclaves et femmes esclaves sexuelles appartenant à la civilisation conquise.   L'Islam considérait la femme comme le champ labouré par l'homme où il répandait sa semence. Voir la sourate suivante :   [Coran 2 ] : « Vos épouses sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme vous le voulez ».  

Mais ce n'est pas tout malheureusement : Mahomet va lancer une centaine de guerre, des raids, des attaques où il fait des razzias pour s'emparer des esclaves sexuelles comme butin, dont voici une sourate :   [Coran 8 ] : « Ils t’interrogent au sujet du butin. Dis : + Le butin est à Allah et à Son messager + Craignez Allah, maintenez la concorde entre vous et obéissez à Allah et à Son messager, si vous êtes croyants ».   Après lui, ses disciples ont continué cette offensive depuis le 14ème siècle jusqu'aujourd'hui. Malgré les redditions, de grands massacres ont eu lieu à de nombreux endroits, des milliers d'hommes furent massacrés et les femmes et les enfants vendus en esclavage. Des monastères furent pillés, les moines et villageois massacrés et les religieuses violées.   Pour contourner la limitation des épouses du prophète et surtout lui permettre de jouir sans limite de ses esclaves sexuelles, le coran lui apporta la réponse :   [Coran 33 ] : « Ô Prophète ! Nous t’avons rendu licites tes épouses à qui tu as donné leur mahr (la dot), ce que tu as possédé légalement parmi tes captives (esclaves sexuelles) qu’Allah t’a destinées …

Les filles de ton oncle paternel, les filles de tes tantes paternelles, les filles de ton oncle maternel, et les filles de tes tantes maternelles, celles qui avaient émigré en ta compagnie ; ainsi que toute croyante si elle fait don de sa personne au prophète, pourvu que le prophète consente à se marier avec elle, c’est là un privilège pour toi, à l’exclusion des autres croyants. Nous avons certes, ce que Nous leur avons imposé au sujet de leurs épouses et des esclaves qu’ils possèdent, afin qu’il n’y eût point de blâme contre toi. Allah est Clément et Miséricordieux ».   [Coran 33 ] : « Il ne t’est plus permis désormais de prendre d’autres femmes, ni d’échanger d’épouses, même si leur beauté te plaît à l’exception des esclaves que tu possèdes. Et Allah observe toute chose ».   Les 4 mariages possibles dans l'Islam :   - Le nikah normal qui permet à chaque musulman d’avoir quatre épouses légalement.

- Le nikah misyar (de voyage et ou d’amitié). Dans ce mariage, la femme renonce à ses droits, il est actuellement en expansion dans les pays du Golfe Arabique. Le mari n’a aucune obligation envers ses épouses. Il commence à se répandre discrètement en occident. - Le nikah temporaire (de plaisir) sorte de prostitution légalisée religieusement, car ce type de mariage peut durer le temps d’un accouplement. Il se pratique chez les Chiites. - Le nikah urfi (mariage caché à ses épouses et à son entourage). Avec ce type de mariage, l’époux peut avoir plus de quatre femmes. Il se pratique essentiellement en Égypte.   Pour inviter les croyantes à faire elle-même une démarche de demande de mariage envers lui, Allah a consenti avec le verset suivant :   [Coran 33 ] : « Le prophète peut disposer de n’importe quelle femme musulmane : +…Ainsi que toute femme croyante si elle fait don de sa personne au prophète, pourvu que le Prophète consente à se marier avec elle; c’est un privilège pour toi, à l’exclusion des autres croyants … + ».  

Anas Ibn Mâlik a rapporté que 'Umar a dit : Lorsque des épouses du Prophète firent montre d’une jalousie excessive qui a fini par exaspérer l'Envoyé de Dieu , je leur ai dit : « S'il se séparait de vous, Dieu serait capable de vous remplacer auprès de lui par d'autres qui se montreraient meilleures que vous ! ». Et Dieu a révélé :   [Coran 66 ] : « S'il vous répudie, il se peut que Son Seigneur lui donne en change des épouses meilleures que vous, musulmanes, croyantes, obéissantes, repentantes, adoratrices, jeûneuses, déjà mariées ou vierges ».   Le prophète, lui-même, avait considéré ses 9 épouses comme ses biens matériels même après sa mort. En effet, il avait imposer à toutes ses épouses, une vie d'amertume de ne jamais se marier après sa mort :   [Coran 33 ] : « Évitez d’offenser l’Envoyé d’Allah. N’épousez pas les femmes qui auront partagé sa couche. Ce serait un péché impardonnable aux yeux de Dieu ».   Par ailleurs, l’islam tolère l’inceste avec les captives :   Selon l’imam Malik Ibn Anas (711-795): « Le croyant peut faire commerce avec sa mère de lait, sa sœur de lait, sa tante , sa grand-mère… quand elles sont ses captives et restées mécréantes- à condition qu’il assume la paternité de l’enfant qui naîtra de ce commerce et qu’il s’acquitte du mahr (la dot) ».  

L’imam Abou hanifa (699-767) est plus explicite dans son ouvrage Mushad et pourtant, il est un des fondateurs des quatre écoles du sunnisme. Il a dit : le croyant peut faire commerce avec sa propre mère (celle qui l’a porté dans son sein), sa propre sœur, sa propre tante, sa propre grand-mère, sa propre fille… quand elles deviennent ses captives mais demeurent mécréantes- à condition qu’il assume la paternité de l’enfant qui naîtra de ce commerce et qu’il s »acquitte du mahr (dot) … ».   QUELQUES VERSETS SUR LE STATUT DE LA FEMME :   [Coran 4-38] : « Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu'Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu'ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l'absence de leurs époux, avec la protection d'Allah.

Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d'elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand ! » ;   [Coran 4 ] : (Au sujet de l'héritage, à la fille : La moitié) « Dieu vous prescrit d’attribuer au garçon une part égale à celle de deux filles » ;   [Coran 4 ] : « À ses deux épouses : le huitième (part déterminée par le Coran) – partagé entre elles avec parité - car il existe une descendance héritière, Allah, le Très Haut, dit : « Mais si vous avez un enfant, à elles alors le huitième de ce que vous laissez après exécution du testament que vous auriez fait ou paiement d'une dette » ; . [Coran 4 ] : « Ce qui reste revient en vertu des droits d'agnation (Ta'sîb) aux frères et sœurs consanguins : Au garçon parmi eux une part équivalente à celle de deux filles, Allah, le Très Haut, dit : + Et s'il a des frères et des sœurs, à un frère alors revient une portion égale à celle de deux sœurs + » ;   [Coran 2 ] : (À propos du témoignage lors d'un procès) « À cet effet, choisissez deux témoins parmi vous de sexe masculin ou, à défaut, un homme et deux femmes ».   Au sujet du foulard islamique :   « Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de resserrer sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d'être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux » [Coran 33 ] ; . « Et dis aux croyantes qu'elles baissent leurs regards, et qu'elles gardent leur chasteté, et qu'elles ne montrent de leur parures que ce qui en parait, et qu'elles rabattent leur voile sur sur leur poitrine ; et qu'elles ne montrent leurs parures qu'à leur mari, ou à leur père, ou au père de leur mari, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou à leurs compagnes, ou aux esclaves que leurs mains possèdent, ou aux domestiques mâles qui n'ont pas le désir, ou aux garçons qui n'ont pas encore puissance sur les parties cachées des femmes. Et qu'elles ne fassent pas sonner leurs pieds de façon que l'on sache de leurs parures ce qu'elles cachent.

Et repentez-vous tous devant Dieu, ô croyants. Peut-être seriez-vous gagnants ? » [Coran 24 ]. . Tafsir d'Ibn Kathir [Coran 24 ] En effet quand fut descendue la Sourate An-Nur (la lumière) dans laquelle se trouve le verset suivant : « Qu'elles rabattent leurs voiles sur leurs poitrines » (Coran 24 verset 31). leurs hommes se rendirent auprès d'elles pour leur réciter ce qu'Allah fit descendre à leur intention de sorte que chacun d'eux se mit à le réciter à sa femme, sa fille, a sœur et à toutes ses proches. Il n'y eut alors aucune femme qui n'eut prit son pagne bourrelé pour se couvrir la tête et le visage par ferme conviction et foi en ce qu'Allah a révélé de par Son Livre. Ce qui leur donnait l'air, lorsqu'elles priaient derrière le Messager d'Allah, de porter des corbeaux noirs sur la tête (Ibn Kathir, Tafsir al-Qur'an al-'Adhim,3/285).   Sahih Bukhari [Coran 24 ] Aïcha a rapporté qu'Omar bin Al-Khattab disait souvent à l'Apôtre d'Allah : « (Fais) que tes femmes se couvrent ». Mais il ne faisait pas ainsi. Les femmes du Prophète allaient répondre à l'appel de la nature –seulement la nuit– à Al-Manasi. Une fois, Saouda, fille de Zam'a sortit– et c'était une grande femme. Omar bin Al-Khattab la vit pendant qu'il était à un rassemblement et dit: « Je t'ai reconnue, O Saouda ! ». Il ('Omar) parla ainsi comme il était anxieux que vînt quelque ordre divin concernant (le voile des femmes). C'est ainsi qu'Allah révéla le verset de la Couverture. (Al-Hijab; un corps tout entier, sauf les yeux) (Sahih Bukhari 8:74:257). .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/portal.php
Admin
Admin
Admin

Messages : 39
Date d'inscription : 14/04/2017

MessageSujet: Re: L'islam Allah PBSL   Jeu 13 Juil - 15:25

l’histoire secrète d’ALLAH

Le Dieu de MOHAMMAD n’est pas comme les autres, il s’appelle ALLAH. Ce nom vient du mot ELAH qui veut dire idole, statue…

Mais MOHAMMAD a rajouté un article arabe : " AL ". Son Dieu est alors devenu ALLAH à savoir cette statue est la mienne.

Le premier slogan de MOHAMMAD était LA-ELA-HA-ELLA-LLAH qui signifie qu’il n’y aucun autre ELAH que le mien (ALLAH).

Le deuxième slogan assez important de MOHAMMAD est ALLAO-AKBAR, où il reconnaît l’existence d’autres ELAH (Dieu).

ALLAH était le nom de la statue la plus grande qui existait à La MECQUE et le père de MOHAMMAD s’appelait ABDALLAH qui veut dire esclave et serviteur d’ALLAH.

AKBAR signifie le plus grand donc ALAO-AKBAR désigne ALLAH comme étant le plus grand des Dieux. Donc, on ne nie pas l’existence de petits Dieux.

Lorsque l’on dit qu’une chose est la plus grande c’est que proportionnellement, il y a une chose plus petite.

Nous entendons beaucoup de nom, par exemple ALI AKBAR et ALI ASGHAR. Donc il y a un Ali qui est grand et un autre qui est petit.

Mais si l’on veut exprimer la grandeur incomparable de quelque chose, on peut dire qu’il est le plus grand comme Alexandre le Grand.

Alors " le grand " dans la langue arabe veut dire KABIR. Et MOHAMMAD peut nier la totalité des petits dieux (ELAH), il devait modifier son slogan et dire ALLAHO KABIRON.

Mais ce slogan existe depuis 1400 ans et on a jamais ce slogan qui n’est pas monothéiste.

L’érudition secrète de Mohammad

- Oummi, etc, emprunts et, à la fin :

- eaux salées / eaux douces Épopée de Gilgamesh
"Etre Omi" relatif à Mohammad

Le prophète de l'Islam, l'orphelin du désert de l'Arabie, qui avait commencé sa lutte politico-idéologique avec le slogan "Il n'y a de dieu qu'Allah", a pu, après quelques années, unifier les Arabes et mettre à genoux les plus grands puissants de son temps.

Ceux qui interprètent " être Omi ", attribué au prophète d'islam, comme une marque d'analphabétisme, se trompent gravement.

Pendant l'obscurantisme arabe, ce mot fut attribué à ceux qui n'étaient pas des " gens de livre ", par opposition aux Juifs, Chrétiens, Zoroastriens, Manichéens etc... qui eux, eurent leurs livres.
On appelait Omï, les tribus et les peuplades ignorantes et primitives, dépourvues de prophète. De même que l'on appelle depuis toujours la période d'avant Mohammad "la période de l'obscurantisme".
C'est pour cette raison que l'on trouve dans le Coran : "Nous avons choisi un prophète parmi les Omïion".
Ce qui veut dire qu'à part le Prophète lui-même, qui était Omi, les membres de sa tribu également étaient des Omi, car dans beaucoup de versets coraniques est employé le mot Omïion, le pluriel d'Omi.
Le prophète de l'Islam faisait partie de ceux qui n'avaient jamais de prophète ni de livre. Il est descendant d'Ismaël, alors que tous les prophètes israélites et même Jésus étaient descendants d'Isaac, le fils d'Abraham et de Sara ; le prophète de l'Islam est donc le seul à être d'une génération d'esclaves (c'est-à-dire de Hadjar, la servante de Sara et l'épouse [la camarade de lit] d'Abraham, le père d'Ismaël).

Ainsi "être Omi" ne signifie pas être analphabète, mais dépourvu d'érudition (qu'on trouve dans les livres), et ce terme n'était pas seulement alloué au prophète d'islam, mais aussi à toute sa tribu, et à d'autres tribus, également sans religion ni livre.
D'autre part, Mohammad est le seul des descendants d'Ismaël à avoir prédit la prophétie et reconnu ses rivaux historiques : Moïse, Jésus... (les descendants d'Isaac), pour créditer sa propre formation.
Le personnage ingénieux qu'était le prophète d'islam marqua dès son enfance le cours de l'histoire, et son esprit curieux et chercheur, lui octroyait la possibilité d'effectuer beaucoup de voyages durant lesquels il accompagnait des caravanes commerciales sortant de la Mecque. Il faisait toujours preuve de beaucoup de diligence pour apprendre et découvrir les pensées révélatrices. Ce n'est donc pas sans raison qu'aujourd'hui, tous les savants et les chercheurs historiens (amis ou étrangers) ont trouvé en la personne du prophète de l'Islam quelqu'un d'adroit, de politicien et de sage.

Dés son enfance, le jeune prophète allait au marché Akase et écoutait réciter les poèmes et les allocutions d'orateurs, discutant pendant des heures avec les dignités juives ou chrétiennes.

Une partie des versets données à la Mecque fut écrite par le prophète de l'Islam en imitation à Ghass Ibn Saédéh qui, au marché Akase, était l'un des poètes et orateurs qui connaissait Allah.

Les voyages consécutifs de Mohammad quand il était au service d'Abou Taléb et de Khadijéh, lui avaient permis de connaître tous

les rites, les cultures et les paroles de grands hommes historiques...

citer des extraits du livre, L'islam top secret!! Regard Critique Sur l’Islam ! : ABBASI David Hassan, Siyavash AWESTA

_________________

Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/portal.php
yacoub
Admin
yacoub

Messages : 314
Date d'inscription : 15/04/2017

MessageSujet: Re: L'islam Allah PBSL   Mer 23 Jan - 13:31

Le nom d’Allah sur du papier toilette ? Sous la pression, une grande surface retire le produit de la vente

Rédaction Adoxa 23 janvier 2019 0
Communautarisme– Un client de Marks & Spencer a appelé à un boycott de la chaîne de magasin, appelle qui a été suivi et relayé par de nombreux internautes, après avoir découvert ce qu’il pensait être le mot «Allah» imprimé sur des rouleaux de papier toilette. Le magasin a finalement cédé.

A l’origine, des utilisateurs de WhatsApp ont partagé la vidéo d’un homme montrant un paquet de papier toilette Mark and Spencer Aloe Vera en affirmant que le mot «Allah», en arabe, inscrit dessus. Cette vidéo s’est rapidement propagée sur les réseaux sociaux

Dans la vidéo, l’homme non identifié a déclaré: «Récemment, j’ai acheté du papier hygiénique à Marks & Spencer et à Subhan’Allah (Gloire à Dieu) quand j’ai ouvert l’un d’eux. Il porte le nom d’Allah, comme vous pouvez le voir.» L’homme a poursuivi en appelant au Boycott de M&S: «alors, s’il vous plaît, frères et sœurs, évitez d’acheter ce papier hygiénique ou essayez de boycotter Marks & Spencers, insha’Allah (si Dieu le veut), car chaque papier hygiénique porte le nom d’Allah.»

Dans leur réponse, Marks et Spencer ont d’abord déclaré que le motif était simplement celui d’une feuille d’aloe vera.
L’inscription en cause est en fait…le dessin d’une feuille d’ Aloe Vera

Un porte-parole de Marks and Spencer a déclaré sur Twitter: «le motif sur le papier hygiénique à l’aloe vera, que nous vendons depuis plus de cinq ans, est tout simplement celui d’une feuille d’aloe vera».
La marque se soumet aux revendications religieuses

En France, la marque a cependant décidé de retirer de la vente ce papier hygiénique, de peur de heurter la sensibilité religieuse des quelques clients qui avait cru voir en cette feuille d’aloé vera le symbole d’Allah.

_________________


Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/portal.php
septik

septik

Messages : 35
Date d'inscription : 09/01/2019

MessageSujet: Re: L'islam Allah PBSL   Ven 25 Jan - 16:40

j'veux me torcher avec ce papier q
leur Allah il me fait chi ..... Smile
je suis athée ...... j ai le droit ....
je fais chie .. personne
j entend que c beur y me face pas chi ....
qu'il se casse dans leur pays musulman fer imposer leur religion .!!!


Utilise Firefox au lieu d'internet explorer pour voir les fautes de français et y remédier


Yacoub


Dernière édition par yacoub le Ven 25 Jan - 17:12, édité 1 fois (Raison : orthographe)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yacoub
Admin
yacoub

Messages : 314
Date d'inscription : 15/04/2017

MessageSujet: Re: L'islam Allah PBSL   Dim 3 Fév - 13:28

Mohammed (l'exemple à suivre Sourate 33:21) a :
- épousé à une enfant de 6 ans (Aisha) (Sahih Bukhari, Volume 7, Book 62, Hadith 88)
- couché avec cette enfant pré-pubère âgée de 9 ans,
- eu des rapports sexuels adultérins avec Myriam (Mâria) la copte (la servante d’Hafsa) dans la propre maison de sa femme Hafsa (Sourate 66 :1-4 + cf. Tafsir al-Jalalayn)
- épousé l’ex-femme (Zaynab) de son fils adoptif (Zayd) (Sourate 33:37)
- violé les captives (Sourate 4:24),
- possédé, vendu, acheté des esclaves noirs (Sahih al-Bukhari, Book 91, Hadith 368)
- lapidé (à mort) un juif et sa femme (Sahih Muslim, Book 17, Hadith 4216)
- coupé la main d’une femme (Sahih al-Bukhari, Vol. 8, Book 81, Hadith 792)
- coupé les mains et pieds de personnes qui avaient volé ses chameaux, et marqué leurs yeux avec des pièces de fer chauffées (Sahih al-Bukhari, Vol. 7, Book 71, Hadith 590)
- ordonné l'assasinat d'un poète juif Ka’b ibn al-Achraf qui s’était mis « à exhorter les gens contre Muhammad et à composer des poèmes panégyriques pour se lamenter sur le sort des hommes jetés dans la fosse commune à Badr » (Sira Ibn Hicham)
- égorgé entre six cents et neuf cents hommes du clan juif des Banû Quraydha (Sira Ibn Hicham)
- ordonné de torturer Kinana l'époux de la juive safiya afin de découvrir l’emplacement de son trésor (Sira Ibn Hicham)
- tué les associateurs (Sourate 9:5)
- combattu les juifs et chrétiens (Sourate 9:29)
- autorisé les violences conjugales (Sourate 4:34)
- frappé son épouse enfant Aisha sur la poitrine ce qui lui fit mal (Sahih Muslim, Book 4, Hadith 2127)
- ordonné de tuer celui qui quitte l'Islam (Sahih al-Bukhari, Vol. 9, Book 84, Hadith 57)
- autorisé le mariage temporaire ou Mut’a (plaisir, jouissance) (Sourate 4:24)
- encouragé la pratique coït interrompu sur les captives (retrait de l’organe sexuel masculin avant l'émission du sperme pour éviter la conception) (Sahih Muslim 1438 a, Book 8, Hadith 3371)
- autorisé l’allaitement des adultes (Sahih Muslim, Book 8, Hadith 3425)
- autorisé le mensonge dans trois cas : guerre, réconciliation, paix du couple (Sahih Muslim, Book 32, Hadith 6303 ; Sahih al-Bukhari, Vol. 3, Book 49, Hadith 857)
- enseigné l'art de la dissimulation communément appelé la taqqya ou taqîya (Sourates 3:28 ; 16:106)
- embrassé une pierre noire (idolatrie à la kaaba) (Sahih Muslim, Book 7, Hadith 2895)
- conseillé de boire de l'urine de chameau (Sahih al-Bukhari, Vol. 7, Book 71, Hadith 590)…
- encouragé de combattre et mourir en martyr pour la cause d’Allah (Sahih al-Bukhari, Vol. 1, Book 2, Hadith 36)
- enseigné que la récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays (Sourate 5 :33)
- ordonné de découper les membres d’un voleur récidiviste jusqu’à ce que ledit voleur soit tué (Sunan Abi Dawud, Book 39, Hadith 4396)
- coupé lui-même la main d’un homme qui avait volé un bouclier valant trois dirhams(Sahih al-Bukhari, Vol. 8, Book 81, Hadith 788)
- ordonné de tuer tous les chiens avant de limiter ce massacre aux seuls chiens noirs (Sunan Abi Dawud 2846, Book 16, Hadith 2840)

_________________


Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/portal.php
yacoub
Admin
yacoub

Messages : 314
Date d'inscription : 15/04/2017

MessageSujet: Re: L'islam Allah PBSL   Mar 12 Fév - 16:39

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) voyage une nuit de la Mecque à Jérusalem, puis monte jusqu'au Jujubier célèste

Allâh (تعالى) a dit: {Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur [Mouhammad], de la mosquée Al-Haram à la mosquée Al-Aqsa dont Nous avons béni l'alentours, afin de lui faire voir certaines de Nos merveilles.} (17/1)

Selon Anas ibn Mâlik (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit: "Al-Burâq" -une monture blanche, plus grande qu'un âne et plus petite qu'une mule, qui se trouvait d'un bond où son regard s'arrêtait- me fut amenée. Je la montai et fus transporté à Jérusalem. Là-bas, je l'attachai à l'anneau destiné à l'usage des prophètes. Je pénétrai dans la mosquée où je pria deux rak'a. A ma sortie, Gabriel (عليه السلام) m'offrit deux récipients: l'un contenant du vin, l'autre du lait. Je choisis le lait; et Gabriel me déclara alors que j'avais élu la voie primordiale. Porté par lui, je m'élevai jusqu'aux régions célestes. Gabriel demanda la permission d'y accéder.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui".
On nous ouvrit et je vis aussitôt Adam qui me souhaita la bienvenue et invoqua (Allah) en ma faveur. Puis, je fus porté au second ciel, Gabriel (عليه السلام) demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui".
On nous ouvrit et je vis aussitôt les deux cousins maternels: Jésus ('Isa), le fils de Marie et Jean Baptiste, fils de Zacharie (qu'Allah leur accorde Ses bénédictions) qui me souhaitèrent la bienvenue et le bien. Puis, je fus porté au troisième ciel, et Gabriel demanda aussi la permission d'y pénétrer.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui".
On nous ouvrit et je trouvai aussitôt Joseph (Yûsuf) (عليه السلام) à qui a été assignée la moitié de la beauté humaine. Celui-ci me souhaita la bienvenue et le bien. Je fus ensuite porté au quatrième ciel et Gabriel (عليه السلام) demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui".
On nous ouvrit et je trouvai Anoch ('Idris) qui me souhaita la bienvenue et le bien. Allah - à Lui la puissance et la gloire - dit à ce sujet: {Et Nous l'élevâmes à un haut rang}. Je fus alors porté au cinquième ciel et Gabriel demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui". On nous ouvrit et je trouvai Aaron (Hârûn) (saws) qui me souhaita la bienvenue et le bien. Je fus ensuite porté au sixième ciel et Gabriel (que la paix soit sur lui) demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui". On nous ouvrit et je trouvai Moïse (Mûsa) (saws) qui me souhaita la bienvenue et le bien. Je fus porté enfin au septième ciel et Gabriel (que la paix soit sur lui) demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui". On nous ouvrit et je trouvai Abraham ('Ibrâhim) (saws), le dos appuyé contre la Maison Peuplée dans laquelle pénètrent journellement un nouveau groupe de soixante-dix mille Anges. Puis, il m'emmena vers "Sidrat al-Muntaha" (le Lotus de la limite extrême) dont les feuilles ressemblaient aux oreilles d'éléphants et les fruits étaient (grands) comme les cruches. Au moment où -par l'ordre d'Allah- le lotus fut couvert de ce qui le couvrit, il se transforma et aucun des créatures d'Allah ne pourrait décrire sa splendeur. Allah me révéla, alors, ce qu'Il voulut, et prescrivit l'accomplissement de cinquante prières par jour. Je retournai voir Moïse (Mûsa) qui me demanda: "Qu'est-ce qu'a prescrit le Seigneur à ta Communauté?".
- "Une cinquantaine de prières", lui dis-je.
- "Retourne à ton Seigneur et demande-Lui la réduction de ce nombre, car ta Communauté ne supportera point cette prescription. Je connais bien les israélites; je les avais mis à l'épreuve et je m'étais employé à les ramener sur la bonne voie".
Le Prophète poursuivit: Je retournai à mon Seigneur et je Lui demandai de réduire le nombre des prières pour la faveur de ma Communauté. Il m'exauça en les amoindrissant de cinq prières. J'allai ensuite trouver Moïse (Mûsa) pour l'informer de la réduction des cinq prières. Toutefois, il me répéta: "Retourne à ton Seigneur et demande-Lui la réduction de ce nombre, car ta Communauté ne le supportera point". Je ne cessai alors de faire la navette entre mon Seigneur (à Lui la puissance et la gloire) et Moïse (Mûsa) (que la paix soit sur lui) pour demander plus de réduction encore jusqu'à ce qu'Allah me décréta: "O Muhammad! Je prescris irrévocablement cinq prières jour et nuit, dont chacune équivaut à dix, cela fait alors cinquante. Quiconque a dessein de faire une bonne action et ne la faite pas, on lui inscrira une récompense à son actif; s'il l'exécute, une récompense équivalente à dix bonnes actions lui sera inscrite. Tandis que quiconque a l'intention de perpétrer une mauvaise action et qu'il ne l'accomplit pas, rien ne sera inscrit à son passif; si au contraire il l'accomplit, on lui inscrira la punition d'une seule mauvaise action". Je redescendai et arrivai auprès de Moïse (que la paix soit sur lui) pour l'informer de la chose, mais il me dit: "Retourne à ton Seigneur et demande-Lui une nouvelle réduction".
"Je suis déjà retourné plusieurs fois à mon Seigneur, jusqu'à ce que j'aie trouvé inconvenant de Lui adresser encore une fois cette demande." répondis-je à Mûsa. (Mouslim n°234)



D'après Mâlik ibn Sa'sa'a (ra), le Prophète (saws) a dit: Pendant que je me trouvais auprès de la Maison sacrée (la Ka'ba) dans un état intermédiaire entre le réveil et le sommeil, j'entendis quelqu'un appeler: "L'homme se trouvant entre les deux autres!". (il y avait, selon les commentateurs, deux hommes à côté du Prophète). J'y répondis. On m'emmena et m'offrit ensuite un bassin d'or rempli de l'eau de Zamzam. On me fendit la poitrine d'ici jusque là. Un autre transmetteur, Qatâda, s'enquérit: "Et qu'a-t-il entendu par (d'ici jusque là)?". -"Jusqu'au bas-ventre", répliqua Anas. - On m'extraira le cœur, dit le Prophète, et après l'avoir lavé avec l'eau de Zamzam, on me le remit à sa place en le bourrant de la foi et de la sagesse. Puis, me fut amenée "Al-Burâq" -une monture blanche, plus grande qu'un âne et plus petite qu'une mule, qui se trouvait d'un bond où son regard s'arrêtait-; sur laquelle on me fit monter. Puis, je m'en allai avec Gabriel, jusqu'à atteindre le ciel le plus proche où il demanda qu'on nous ouvrît.
- "Qui est-ce?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ", répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?".
- "C'est Muhammad ".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
- "Oui". On nous ouvrit donc en disant: "Qu'il soit donc le bienvenu! Quelle heureuse arrivée que la sienne!". J'y trouvai alors Adam (que la paix soit sur lui)". Et le Prophète se mit à relater la suite des événements (déjà mentionnés dans le hadith précédent) en disant qu'il avait rencontré au second ciel, Jésus ('Isa) et Jean-Baptiste (Yahiya) (que la paix soit sur les deux); au troisième, Joseph (Yûsuf); au quatrième, Anoch ('Idris); et au cinquième, Aaron (Hârûn) (que la bénédiction d'Allah soit sur eux tous). - Nous parvînmes enfin au sixième ciel, continua le Prophète, là je vis Moïse (Mûsa) (que la paix soit sur lui) que je saluai. Et lui de me répondre: "Que tu sois le bienvenu, frère vertueux et prophète vertueux!". A peine l'avais-je dépassé, qu'il se mit à pleurer. "Pourquoi tu pleures?", lui demanda-t-on.
- "O Seigneur, répondit-il, ce jeune homme, vous l'avez envoyé après moi; et pourtant une multitude de sa Communauté iront au Paradis, tandis que ceux qui y accéderont parmi ma Communauté seront moins nombreux". Puis, nous montâmes au septième ciel où je vis Abraham ('Ibrâhim). Or, le Prophète (saws) raconta qu'il avait vu quatre fleuves: deux apparents et deux autres sous terre. "O Gabriel! Quels sont donc ces fleuves?", demanda-t-il.
L'Archange répondit: "Les deux fleuves souterrains sont du Paradis; quant aux deux autres, ils sont le Nil et l'Euphrate". Le Prophète poursuivit son récit: Puis, on me montra la Maison Peuplée à son endroit sur laquelle j'interrogeai Gabriel qui me dit: "C'est la Maison Peuplée où chaque jour, soixante-dix mille Anges font la prière pour une seule fois dans leur vie". Ensuite, on m'apporta deux récipients: l'un contenant du vin et l'autre de lait. Je choisis celui-ci. "Vous y êtes! Qu'Allah te bénis pour la faveur de ta Communauté! Tu as opté pour la voie primordiale", constata Gabriel. Aussi, il me fut prescrit d'accomplir cinquante prières par jour..." Et le Prophète relata ce qui s'était passé à ce sujet. (Mouslim n°238)

A son retour, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) raconte cela à Qouraych et les preuves qu'Il leur apporte

Oum Hâni' (رضي الله عنها) dit : "Le Prophète - que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui - dormait chez nous la nuit où le miracle d'al-Isrâ' eut lieu. Je constatai son absence cette nuit là et je ne pus fermer l'œil de peur qu'un malheur ne lui soit arrivé. [A son retour], le Prophète m'expliqua : "Gabriel - que la paix soit sur lui - vint me voir, il me prit par la main et nous sortîmes de la maison. Devant la porte, je trouvai une monture entre la mule et l'âne. Il me fit monter dessus et nous partîmes.
Arrivés au Temple de Jérusalem, il me montra Abraham qui était de la même constitution que moi. Il me montra Moïse : il était basané et grand de taille avec des cheveux blancs, il ressemblait aux gens de Azd Shanu'ah (une tribu arabe). Il me montra Jésus, fils de Marie, il était blanc de teint avec un peu de rougeur. Il ressemblait à 'Urwah Ibn Mas'ûd Ath-Thaqafî. Il me montra aussi l'Imposteur [l'Antéchrist]. Borgne de l'œil droit, il ressemblait à Qotn Ibn 'Abd Al-'Ozzâ." Puis il me dit : "Je veux sortir raconter tout ce que j'ai vu à Qoraïsh." Je le retins par ses vêtements et lui dit : "Je t'en conjure, tu sais bien que ses gens te démentissent et je crains qu'il ne te fassent du mal !" Il libéra ses vêtements de ma main et sortit.
Il alla les voir dans leur lieu de rencontres et leur raconta son récit. Mut'am Ibn 'Udayy se leva et lui dit : "Ô Muhammad, si tu étais aussi jeune que tu l'étais dans le temps, tu n'aurais pas dit une telle chose et resté impuni !"
Un autre homme lui dit : "As-tu vu sur ton chemin des chameaux qui nous appartiennent à tel endroit ?"
Le Prophète répondit : "Oui, ils ont égaré un chameau et sont actuellement à sa recherche."
L'homme lui demanda : "As-tu vu le troupeau de mon cousin un tel ?"
Le Prophète dit : "Oui, je l'ai croisé à tel endroit. Une chamelle rouge s'est cassé [un membre]. Ils avait un récipient d'eau que j'ai bu."
Ils lui demandèrent de donner le nombre de bêtes dans le troupeau et le nom des bergers. Il répondit qu'il n'y avait pas fait attention puis il tomba subitement en sommeil. Il vit le troupeau devant lui et compta les bêtes et prit connaissance des bergers qui étaient avec le troupeau. Quand il se réveilla, il leur donna le nombre de bêtes dans le troupeau et leur dit que les bergers était Ibn Abî Quhâfah et un tel et un tel. Il leur dit aussi que le troupeau allait rentrer à la Mecque le lendemain de telle direction.
Le lendemain, ils attendirent à l'endroit indiqué et virent les chameaux arriver. Ils les interrogèrent et purent vérifier qu'un chameau s'était bien égaré. Ils interrogèrent le deuxième troupeau et vérifièrent qu'une chamelle rouge s'était cassé un membre. Ils les interrogèrent à propos du récipient d'eau. Abû Bakr Ibn Abî Qohâfah qui accompagnait le troupeau répondit qu'ils avaient bien un récipient et qu'il l'avait remplit lui même et qu'il ne savait pas qui avait bien pu la boire. Quand Abû Bakr prit connaissance de toute l'histoire il fit foi au Prophète et cru ce que le Prophète avait relaté. C'est depuis ce moment là qu'il fut qualifié d'As-Siddîq (i.e. celui qui croit).

Selon Abou Hurayra (ra), l'Envoyé d'Allah (saws) a dit: Je me vis (en songe) dans l'enceinte de la Ka'ba (le Hijr), pendant que les Qoraychites me questionnaient sur mon Voyage Nocturne. Ceux-ci m'interrogèrent alors sur des détails concernant le Temple de Jérusalem que je n'avais pas retenus; ce qui me causa une affliction qui me fut inconnue jusqu'alors. Le Prophète ajouta: "Allah fit alors apparaître le monument à ma vue, et ainsi je pus répondre à toutes leurs questions". (Mouslim n°251)

_________________


Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apostats-de-lislam.xooit.org/portal.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'islam Allah PBSL   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'islam Allah PBSL
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» {...Il a mis entre vous de l’affection...}
» Les gouverneurs qui ne juge pas avec les Lois d’Allah
» Etre aimable avec les mécréants pour les appeler vers l'islam
» L'avortement en Islam
» Savoir appeler à l’islam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des religions :: Discussions diverses :: Actualité-
Sauter vers: